Parution en mai de mon livre:"Un étrange familier" dans la collection Photo#graphie.



Lien de nature ; un étrange familier

Michel Loye naît le nez au ciel, pendu aux étoiles, qu'un père astronome amateur et instituteur, aurait pu fabriquer pour lui par amour de transmettre l'étendue illimitée du Cosmos.

Cela expliquerait peut­être qu'il ait été embarqué plus tard, en tant que photographe, dans de grandes expéditions scientifiques, partout autour du globe, notamment avec Haroun Tazieff ou Jean­Louis Etienne.

L'image photographique paraît juste un compromis possible devant l'émerveillement continu de la nature qu'il promène sur terre. Dans cette hypothèse, la photographie imprime alors sa cosmogonie personnelle de la lumière qu'il a gravée depuis son enfance mythique.

Nos liens à la Nature tiennent de l’évidence tant la matière du vivant fait partie de nous. A tel point que nous utilisons l’adjectif naturel pour exprimer en termes univoques : simplicité et permanence.

Ce qui nous semble familier l'est jusqu'à un certain point et peut devenir troublant au­delà d'un certain seuil de nos perceptions de l'altérité.

Subrepticement, l'immersion dans les œuvres de Michel Loye touche à cette relation familière et trompeuse aux objets et à l'espace tels qu'ainsi nous les magnifions, les sublimons dans notre volonté de survie.

Ainsi, à travers l’image plastique de ses paysages, Michel Loye attise notre désir d’une étendue, appelant l’œil à dilater ou à réduire de vastes lieux terrestres et célestes en de simples objets lunaires.

L'artiste se joue alors avec malice de nos aspirations au sublime en développant de fausses évidences d’après Nature.

Marc Ragouilliaux Plasticien et galeriste www.galeriezemma.fr